L’emploi en 2021 : agir en période d’incertitude


L’emploi en 2021 : agir en période d’incertitude

Chaque trimestre, le baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi en France affiche les intentions d’embauche des entreprises dans 10 secteurs d’activité et nos 5 grandes régions. C’est un indicateur attendu de ce que réserve le marché du travail ces prochains mois.

De la dernière étude publiée le 8 décembre, on retiendra que les intentions d’embauche sont à zéro pour le trimestre qui s’annonce, en chute de 4 points rapport au trimestre précédent.

Mais il faut rentrer dans le détail de l’enquête pour en saisir toute la richesse. Ce faisant, on constate une grande hétérogénéité. Principal paramètre, l’impact de la crise sanitaire et des confinements successifs. Or celui-ci diffère en fonction des secteurs.

"Une crise des services"

Baromètre emploi ManpowerGroupIl y a ce qui relève du conjoncturel. Tourisme, transport et restauration ont le plus souffert des circonstances et continueront d’en pâtir. Le BTP aura "profité" d’un confinement allégé pour poursuivre son regain d’activité. Les services (hôtellerie-restauration, services aux entreprises et particuliers) sont en berne alors qu’ils ont été les plus grands créateurs d’emploi en France ces dernières années.

Ce qui fait dire à Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France sur BFM qu’on assiste actuellement à une véritable "crise des services".


Et puis il y a ce qui relève de mutations déjà entamées. On l’a souvent entendu : la crise en cours aura servi d’accélérateur de tendances. Citons la digitalisation de pans entiers de l’économie, l’explosion du e-commerce, l’essor du télétravail et ses conséquences sur divers services aux travailleurs (ex : la restauration collective). Phénomènes déjà connus, anticipés par la plupart des acteurs. Simplement pas à une telle vitesse, ni dans de telles proportions.

Sur le terrain, c’est l’incertitude qui règne. Incertitude quant à la fin de la pandémie, à ce qui se passera quand le gouvernement "débranchera" ses dispositifs de soutien, au rythme de la reprise. En miroir des perspectives d’embauche, il faut mettre les craintes liées à une explosion de faillites. Dans les scénarios les plus pessimistes, on redoute un million de chômeurs en plus l’an prochain.

S’adapter à l’inconnu

Nombre de chefs d’entreprise sont aujourd’hui dans un entre-deux, prêts à enclencher un plan de licenciements en cas de coup dur, ou au contraire, à recruter si la reprise intervient rapidement. Côté employés, on se demande si son profil correspond toujours aux besoins, comment valoriser ou faire évoluer ses compétences, et, pour les plus jeunes, s’ils ne seront pas les sacrifiés de cette séquence.

D'un autre côté, certaines tendances pré-Covid ne vont pas disparaître. Dans son enquête annuelle sur les besoins de main-d’œuvre, Pole Emploi indiquait avant la crise que 51,2 % des entreprises connaissaient des difficultés de recrutement. Quoi qu’il arrive dans les prochains mois, les problèmes de déconnexion entre offre et demande seront toujours là.

Ce sera ça, le marché de l’emploi, début 2021, pour des millions d’acteurs économiques : s’adapter à l’inconnu. Dans un tel contexte, chaque décision d’embauche sera considérée avec encore plus de soin que d’habitude (modalités, durée, type de contrat), afin de ne pas "subir" une conjoncture plus imprévisible que jamais.

Dans ce paysage nébuleux, des mouvements se dessinent. A ce titre, l’étude ManpowerGroup pour ce 1er trimestre 2021 comporte un certain nombre de signaux faibles à surveiller.
 

            

Misez sur l’efficacité,
contactez notre conseiller personnel pour accompagner votre stratégie de développement :
             
            
Contactez-nous
             
            

Accompagner 1,5 million de Français
vers un nouvel emploi ?

Intéressant, par exemple, est de constater les bonnes perspectives d’embauche dans le Centre-Est (plus forte Prévision Nette d’Emploi : +4%). On peut y lire un signe de résilience, voire du rebond de l’industrie dans cette zone qui compte de nombreuses entreprises du secteur.

Autre exemple : les reconversions massives dans des bassins d’emploi particulièrement éprouvés. Dans le Grand Sud-Ouest, les salariés intérimaires Manpower qui travaillaient dans le secteur de l’aéronautique sont en train d’être repositionnés sur le secteur du BTP.

Ce constat rejoint les analyses des économistes Patrick Artus et Olivier Pastré, pour qui 1,5 million de Français vont devoir changer d’emploi dans les trois ans à venir, basculant de secteurs déclinants vers des filières et métiers en croissance. Ce qui implique, à très court terme, de l’ambition et de la souplesse dans la capacité à accompagner un nombre massif de professionnels dans leur adaptation aux aléas de la crise.

En regardant par-delà ces mois incertains, on voit se préciser des évolutions dont l’impact sur l’emploi sera déterminant. Sans doute est-il trop tôt pour parler d’un retour en force de l’industrie. Mais on perçoit des signaux, notamment côté politique, quelle que soit la traduction des annonces sur les relocalisations. On pense évidemment à l’énorme chantier de la transition écologique, avec un couple construction / industrie verte en pointe, à grand renfort de technologies numériques. Autre chantier de taille : le care, domaine du soin à la personne, pour lequel la crise sanitaire est venue mettre en lumière des tendances démographiques de fond.

Tour d’horizon,
secteur par secteur

2021 sera pour l’emploi une année de doutes, de bouleversements, d’accélérations. Comme acteur de l’emploi, ce constat nous invite à agir avec souplesse, en ayant une bonne vision des phénomènes macroéconomiques, mais toujours au plus près du terrain. Derrière les chiffres, il y a des situations, des personnes, des territoires. Pour comprendre ce qui se joue et agir efficacement, il faut plonger dans la matière du réel.

C’est le programme que nous vous proposons, au cours des prochaines semaines, et tout au long de l’année à venir. Dans un prochain sujet, on se demandera si le BTP est en mesure de poursuivre sur sa lancée début 2021, et dans quelles conditions pour l’emploi. On s’intéressera également au transport et à la logistique au prisme de l’explosion du e-commerce, avant d’aborder les secteurs de l’agroalimentaire, de l’industrie pharmaceutique, de la banque-assurance, de la relation-client, des administrations publiques.

Pour ne manquer aucun de ces rendez-vous, n’hésitez pas à vous abonner à notre Newsletter Infos RH.
 

Baromètre emploi ManpowerGroup

 

Articles populaires

Actus & perspective

Crise du Covid-19


Avec plus de 36 000 salariés intérimaires formés en 2019, Manpower propose historiquement de nombreux dispositifs et...

En savoir plus
COVID19
Covid
Actus & tendance Gestion RH Nos conseils

La crise sanitaire du Covid-19 et le confinement de la population ont entraîné l’interruption de la production de nombreux sites, des cessations d'activités et fragilisé des pans entiers de notre Economie.

En savoir plus
Actus & tendance

Dans ce contexte de crise sanitaire, la reprise progressive d’activité s’accompagne de mesures strictes pour préserver la santé et la...

En savoir plus
santé