Les coûts et conséquences d’un mauvais recrutement


Coûts et conséquences d'un mauvais recrutement

En 2021, près d’un poste sur trois est vacant dans les TPE/PME. Certains dirigeants jugent leur activité freinée par les difficultés et risques liés au recrutement. Ajouté à ce manque de ressources, une embauche ratée amplifierait les tensions internes. 

Quel est l’impact financier d’un recrutement inadapté ?

Perte de temps, baisse de productivité, surcharge de travail liée au manque d’implication des nouveaux talents, mais également perte d’argent sont autant de conséquences que vous aimeriez éviter lorsque vous recrutez.

Que l’issue du'un recrutement soit ou non favorable, son coût est évalué entre 5 000 € et 8 000 € factures comprises (locaux, charges sociales…). Une somme non négligeable si le candidat sélectionné s’avère ne pas correspondre à vos besoins.

Ce résultat est obtenu en cumulant plusieurs facteurs :

  • La formation et la mobilisation de ressources pour chercher les bons profils ;
  • Les erreurs répétées ou opportunités manquées qui font perdre des clients ;
  • La procédure de licenciement et son coût ;
  • L’impact moral d’un conflit sur l’équipe et la baisse de rendement ;
  • Reconduire un processus de recrutement.

Comment remédier à un recrutement raté ?

Lors de la rédaction du contrat de travail, veillez à préciser expressément la durée et les conditions de renouvellement de la période d’essai. Elle n’est pas obligatoire, mais très utile pour éviter les erreurs de recrutement. Il s’agit d’une période test au cours de laquelle le contrat peut être rompu à tout moment par les deux parties.

1 - Détectez rapidement les signaux d’alerte

Certains indices permettent de déceler un mauvais recrutement. En les identifiant avant la fin de la période d’essai, vous pourrez être réactif et prendre les mesures adaptées. Quatre signes majeurs devraient vous alerter :

  • Un niveau de compétences insuffisant pour atteindre les objectifs du poste ;
  • Un comportement inadapté (non-respect des règles, retards réguliers) ;
  • Une éthique de travail à l’opposé de votre culture d’entreprise ;
  • Un manque de motivation évident du collaborateur.

2 - Soignez l’intégration de votre nouveau collaborateur

Avant de décréter que vous avez fait un mauvais recrutement, essayez de comprendre si le nouveau collaborateur a bien compris vos attentes. Souvent, les jeunes recrues perdent leur motivation, car aucun parcours d’intégration ne leur a été proposé. Vous pouvez avoir recours à un tuteur, un collègue expérimenté pour qu’il puisse davantage le former et lui expliquer les exigences du poste. Généralement, il faut environ 3 à 6 mois pour devenir compétent après une embauche. Focalisez-vous sur les compétences essentielles, tant techniques que comportementales, et évaluez son potentiel d’évolution.

Mettez à profit cette période d’essai pour observer votre nouveau collaborateur. Si celui-ci ne correspond pas au poste, vous êtes dans une phase du recrutement qui vous permet de mettre fin à son contrat. Dans ce cas, discutez-en avec votre salarié. Ainsi, vous pourrez jauger sa réaction à vos remarques. 

3 - Mettez fin à la période d’essai

Si vous décelez une erreur de recrutement, notifiez rapidement votre décision de mettre fin à la période d’essai. Soigner le départ de votre collaborateur aura un impact direct tant sur l’ambiance en interne que sur votre réputation. Aujourd’hui, il est très courant de poster des avis sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi la bienveillance ne devrait jamais être négligée en entreprise.

Besoin d'aide dans la gestion de vos recrutements ?

Comment éviter un mauvais recrutement ?

En général, il est possible d’anticiper les mauvais recrutements. Tout au long du processus de recrutement, certaines étapes clés permettent de cibler les meilleurs profils et d’éviter les erreurs de casting. Nous vous proposons trois astuces pour trouver les candidats qui sauront vous satisfaire.

1 - Rédigez une offre d’emploi précise

Une offre d’emploi bien rédigée filtre les candidatures inadaptées tout en attirant les meilleurs profils, et évite ainsi un mauvais recrutement. Pour être efficace, elle doit contenir l’ensemble des rubriques suivantes :

  • Une présentation de votre TPE/PME reflétant vos valeurs ; 
  • Une description détaillée du poste et des attentes liées au métier ;
  • Une liste des qualités que vous recherchez chez votre futur collaborateur ;
  • Les conditions particulières requises pour le poste de travail (mobilité, permis B, maîtrise d’une langue…) ;
  • La nature du contrat (CDI, CDD, CDI-intérimaire ou intérim... responsabilités, salaire, horaire).

Une offre d’emploi complète permet de gagner du temps dans le processus de recrutement, car elle éloigne les candidatures ne correspondant pas à vos besoins. Toutefois, en étant trop exigeant, vous risquez de ne recevoir qu’un nombre restreint de candidats. Des attentes équilibrées ouvriront la porte à une plus grande diversité de profils.

2 - Préparez vos entretiens d’embauche en lisant entre les lignes des CV

Une lecture plus approfondie d’un CV est utile pour déceler de précieux indices sur le parcours du candidat et parfois même pour contrer un mauvais recrutement. Soyez particulièrement attentif aux points suivants :

  • L’instabilité professionnelle du candidat (un CDI sur trois est rompu dans les 12 mois suivants sa signature) ;
  • Les recommandations et références ;
  • Les périodes creuses sur le CV ;
  • La nature des postes occupés et la correspondance aux missions du poste.

Cette analyse vous permettra de préparer vos entretiens d’embauche ou de présélection. Vous pourrez ainsi éclairer les zones incomplètes du CV en interrogeant le candidat. Préparez-vous pour poser les bonnes questions sur ses expériences passées, son ressenti, ses compétences. 

3 - Faites appel à un cabinet de recrutement

Les cabinets de recrutement ou agences de travail temporaire permettent aux petites entreprises de déléguer la recherche des profils ainsi que les tâches administratives. Autant de missions longues et chronophages, d’autant plus pour une TPE/PME qui ne dispose pas d’un service Ressources Humaines dédié au recrutement

Votre conseiller vous accompagnera ou prendra en charge les étapes suivantes du processus de recrutement :

  • La présélection des CV ;
  • Les entretiens d’embauches et évaluations de compétences ;
  • La gestion des candidatures et des contrats ;
  • L’intégration du nouveau salarié dans votre structure ;
  • Les conseils juridiques et l’accompagnement administratif pendant toute la prestation.

Les conséquences d’un mauvais recrutement sont lourdes et peuvent se répercuter sur l’ensemble de votre équipe. Certains signaux vous alertent pour éviter ces erreurs de recrutement. Pour le succès de vos recrutements, n’hésitez pas à faire appel à un cabinet de recrutement ou une agence de travail temporaire. Grâce à leur expertise dans la gestion des Ressources Humaines, ils vous aident à embaucher les candidats les plus qualifiés pour vos métiers et à développer votre management de transition. 

Pour éviter de faire un mauvais recrutement, les conseillers Manpower vous accompagnent dans toutes vos démarches. Peu importe votre secteur d’activité, nous vous aidons à trouver le profil adapté à vos besoins.

Contactez nos conseillers Manpower

Articles populaires

La transition écologique a, et continuera ainsi à avoir, de nombreux impacts dans le monde du travail. Décryptage dans la nouvelle étude ManpowerGroup "l'évolution du monde du travail face à la transition écologique".

En savoir plus
Etude. La transition écologique au cœur de la transformation du monde du travail
[Décryptage] L’aéronautique : un secteur dynamique aux nombreuses opportunités en 2024
Actualités RH Recrutement Secteurs

Entre opportunités à saisir et grandes transformations : qu’en est-il du secteur aéronautique en 2024 ? Quelles perspectives pour les professionnels et talents du secteur, et quels défis à relever ? Décryptage d’une filière pleine d’avenir et en grande transformation.

En savoir plus
Actualités RH Gestion RH Recrutement Agroalimentaire Témoignages clients

De l’intérim vers le CDI : retour sur notre collaboration avec Hutin, filiale française du groupe Hochland, acteur majeur de l'industrie agroalimentaire fromagère.

En savoir plus
VIDEO. Hutin & Manpower : mobilisés pour la montée en compétences des Talents de l’agroalimentaire